La très grande pauvreté qui touche la moitié de la population du Burkina-Faso s'accompagne

malheureusement d'une grave sous-alimentation de ses habitants. 
Les jeunes enfants en sont les premières victimes. 
Chaque année, 70 000 enfants de moins de 5 ans décèdent de causes directement liées à la malnutrition. 


Les deux premières années de vie sont cruciales.

Le dépistage se fait grâce aux évaluations consistant à prendre le poids,

la taille et le périmètre brachial (pourtour du bras qui ne doit pas être inférieur à 120 millimètres).

LA MALNUTRITION

Le dépistage se fait grâce aux évaluations consistant à prendre le poids,

la taille et le périmètre brachial

(pourtour du bras qui ne doit pas être inférieur à 120 millimètres).

On peut aussi reconnaître un enfant malnutri quand il souffre d'un œdème 

(quantité anormalement importante de liquide dans les tissus corporels ou dans une cavité du corps).

Il est recommandé aux mamans d'allaiter leur bébé jusqu'à l'âge de 6 mois .

A partir de 6 mois,

le lait maternel devient insuffisant pour couvrir les besoins de l'enfant. 
Il est donc conseillé aux mamans d'utiliser, en complément de leur lait, des bouillies enrichies qui apporteront les éléments nutritionnels indispensables à la bonne croissance de l'enfant.

Elles doivent malgré tout continuer à allaiter jusqu'aux 2 ans de l'enfant car le lait maternel est GRATUIT... 
Bien souvent, les bouillies données aux nourrissons sont de mauvaise qualité.

Il s'agit de céréales additionnées de sucre, de petits poissons et quelquefois,

si la mère en a les moyens, de lait en poudre.

Il est donc indispensable que les mères bénéficient d'une éducation en matière d'allaitement et d'alimentation de complément. 
Elles comprennent l'importance du traitement mais ne respectent pas toujours les conseils donnés par le personnel médical.

Pour venir à la consultation,certaines mamans marchent durant 15 km,

d'autres font jusqu'à 60 km à vélo

sous une température pouvant atteindre les 50°C dans la journée,

avec leur bébé dans le dos. 
La distance empêche souvent ces mamans de venir consulter pour le traitement

et de repartir avec de la farine enrichie distribuée par les CREN. 


Devant l'impossibilité pour les mères de venir au CREN,

une infirmière se déplace régulièrement dans les villages

pour donner les conseils de nutrition aux mamans.

Nombre de visiteurs :